Boulangerie: «Chez Daniel» s’étoffe

L'actualité autour de la boulangerie pâtisserie.
En ligne
Avatar du membre
Laurent
Administrateur
Administrateur
Âge : 57   Sexe :    Zodiac : Balance
Messages : 7457
Enregistré le : vendredi 29 août 2003, 16:03
Catégorie : Artisan en activité
Localisation : Paris 16
A remercié : 369 fois
A été remercié : 77 fois
Contact :
France
mars 2005
dimanche
13
12:01

Boulangerie: «Chez Daniel» s’étoffe

L’artisan français investit dans le “Triangle d’or” à Casablanca
«Chez Daniel», l’artisan boulanger-pâtissier français qui s’est installé en novembre dernier à Casablanca, s’offre un deuxième point de vente dans le fameux “Triangle d’or” investi par les marques étrangères.

L’ouverture de la nouvelle boulangerie, un investissement dont le montant n’est pas divulgué, est prévue pour juin prochain. C’est ce qu’a annoncé Daniel Chevallier, le gérant, lors d’un point de presse mercredi 9 mars. Il se dit fort du succès que rencontre son enseigne: “6.000 à 7.000 pains sortent des fours quotidiennement et tout est liquidé”. Pâtisserie, viennoiserie, chocolaterie et glaces marchent tout aussi bien, souligne Daniel. Flûte à l’ancienne, Payse tradition (baguette française), tarte provençale, pains aux olives noires… Mais aussi pain rond “à la marocaine”, il y en a pour tous les goûts. Le boulanger est particulièrement attaché à la “Festival”, une baguette conçue selon les méthodes traditionnelles françaises et qui est appréciée dans l’Hexagone. Celle-ci est cuite au four à Sol, “ce qui lui donne son petit goût à l’ancienne, elle a fermenté lentement”, explique-t-on côté fourneaux.

Une trentaine de personnes se relaient 7 jours/7 de 6 heures à 22 heures pour faire tourner l’affaire. Gérard, le maître d’œuvre de la boulangerie, explique ses méthodes de travail qui sentent bon le pain chaud.
“Ici, c’est de l’artisanat à l’ancienne. On n’utilise aucun additif dans nos baguettes, comme le beurre et le sucre. De plus la levure est réduite au maximum”.

Pourquoi avoir choisi le Maroc pour s’exporter? Daniel est tombé amoureux du pays il y a deux ans, lors d’un voyage. Il a donc “réfléchi sérieusement” à des possibilités d’extension outre-Méditerranée. La boulangerie, c’est son métier depuis trente ans. Ses enfants ont suivi et il est aujourd’hui à la tête de quatre enseignes qui portent son nom à Bordeaux, en France.
Céline PERROTEY
 
Source...

Une information à diffuser info@boulangerie.net
Rédaction : © 2004 Equipe BoulangerieNet
L'actualité en continue autour de la boulangerie pâtisserie



Répondre