L’industrie de la boulangerie brésilienne rejette le commerce du blé transgénique argentin

L'actualité autour de la boulangerie pâtisserie.
En ligne
Avatar du membre
Sewer
Animateur
Animateur
Âge : 70   Gender :    Zodiac : Lion
Messages : 7755
Enregistré le : dimanche 15 mars 2009, 20:12
Jeux Relax-Arcade :  70 
Catégorie : Artisan retraité(e)
Localisation : ardeche
Donné : 27 J'aime
Reçu : 422 J'aime
A remercié : 14 fois
A été remercié : 357 fois

    Windows 10 Firefox
France
oct. 2020
dimanche
18
10:03

L’industrie de la boulangerie brésilienne rejette le commerce du blé transgénique argentin

Image

Les entrepreneurs de l’industrie de la boulangerie ont averti que la législation brésilienne exige que les produits contenant des ingrédients transgéniques aient ces informations sur leurs étiquettes, ce qui permet aux consommateurs de rejeter plus facilement ceux qui comportent un tel avertissement. E
Suite...


Une information a diffuser > Nous contacter - © BoulangerieNet
Ces utilisateurs ont remercié l’auteur Sewer pour son message :
Marc (dimanche 18 oct. 2020, 11:39)
Classement : 7.69%



Avatar du membre
Marc
Administrateur
Administrateur
Âge : 69   Gender :    Zodiac : Sagittaire
Messages : 4889
Enregistré le : dimanche 31 août 2003, 10:13
Catégorie : Artisan retraité(e)
Donné : 210 J'aime
Reçu : 665 J'aime
A remercié : 91 fois
A été remercié : 500 fois

    Windows 7 Chrome
Belgium
oct. 2020
dimanche
18
11:39
Un peu d'information sur cet évènement de ce mois d'octobre 2020.
C’est le 9 octobre 2020 que l'agence France Presse et le journal Le Monde informait que le blé HB4 est développé par Trigall Genetics, qui est le fruit d'une association (joint-venture) entre Bioceres et la société française Florimond Deprez, l’un des leaders mondiaux de la génétique du blé, installé à Capelle en Pévèle dans les Hauts de France et possédant une filiale en Argentine. Cette modification génétique concerne une résistance à la sécheresse et pour la nième fois on écrit que c'est une première mondiale, bien que la Chine a déjà développé des blés OGM et que beaucoup de brevets déposés sont dans "les tiroirs".
Cela concerne le marché allant de l’Argentine vers le Brésil qui prend près de 50 % de l’offre argentine du blé, quatrième pays producteur mondiale.
De ce fait le marché brésilien va être le principal décideur de cette mise sur le marché ou pas.
Et justement, le 17 octobre (8 jours plus tard) L’Association brésilienne des industries des biscuits, pâtes et pains et gâteaux industrialisés (ABIMAPI), l’Association brésilienne de l’industrie du blé (ABITRIGO), et 90% des membres de l’association de meunerie ont aussitôt réagit en déclarant vouloir mettre leurs vetos.
La Commission technique nationale pour la biosécurité (CTNBio) brésilienne chargé de réglementer les produits génétiquement modifiés a déjà dit dans un communiqué que son action se limite à analyser les aspects liés à la sécurité pour la santé humaine, animale et environnementale et qu’elle n’a pas parmi ses attributions les analyses sociales et économiques liées à l'impact de la technologie. Une décision qui souhaite ne pas faire des vagues et semble auguré qu'elle donnera un jugement à la Ponc-Pilate.

Ce sera les consommateurs qui décideront semble-t-il. Puisque l'indication "blé OGM" doit être mentionnée au Brésil et que les intervenants veulent sonder leurs clients avant.


Bon pain
Marc

Répondre

Retourner vers « Actualités »